Concevoir ensemble le numérique pour changer la ville

No more posts
cooltogo-1200x486.png

18 février 2020 GCL38

Alors que les étés risquent d’être de plus en plus chauds en ville, avec une augmentation du nombre de jours de canicule, un des enjeux pour les habitants sera de pouvoir identifier les lieux et activités où se mettre un peu au frais, à proximité immédiate (en parallèle d’autres mesures -aménagement, transports, etc. prises par les collectivités).

C’est ce que propose sur Grenoble l’application Cool to go, lauréate du défi « Frais devant » de la ville de Grenoble : identifier des lieux de fraîcheur urbains et péri-urbains, que cela soit des lieux où faire du sport en période de chaleur, contact de l’eau, répondant à une envie de verdure.

Mais une activité adéquate pour certains profils (jeune par exemple) ne le sera pas nécessairement pour tous (personnes âges, enfants en bas âge, publics fragiles…) : Cool to Go va au-delà d’une carte des lieux « frais », en proposant des activités adaptées à chaque profil, ainsi que les modalités d’accès selon tel ou tel moyen de locomotion (parcours, durée du trajet…).

Pour l’application Cool to Go, un des enjeux sera désormais d’élargir ses fonctionnalités en répondant à d’autres besoins, notamment en proposant des conseils et alertes santé adaptés aux publics, dont les publics précaires et fragiles.

Venez découvrir le projet et contribuer à son évolution le 14 mars à la Turbine.coop, dans le cadre du festival Transfo !


dabba-1200x561.jpg

4 février 2020 GCL38

Parce qu’on n’a pas toujours envie de faire la cuisine, la restauration à emporter est bien pratique. Mais qu’en est-il de son impact écologique ? Emballage et suremballage font partie du modèle économique de la vente à emporter.

C’est en commandant un bon petit plat un soir de démotivation culinaire que Caroline s’est fait la première fois cette réflexion. Inventer un nouveau système de consigne est rapidement apparu comme une évidence : en fait, on a juste besoin de vaisselle ! C’est décidé, elle se lance et décide de quitter son job dans l’industrie avec l’enthousiasmante ambition de lancer le projet dans le bassin Grenoblois.

Afin de tester mais aussi de renforcer son idée, elle participe alors à la deuxième édition du Grenoble Civic Lab. Et cette idée est déjà relativement aboutie, mais le CivicLab lui permet de la confronter à d’autres participants, d’identifier là où le numérique peut être utile à son projet (interface client et restaurateur, suivi des stocks, paiement…) et d’aboutir à une maquette fonctionnelle de ce à quoi le service Dabba pourra ressembler demain !

En septembre 2019, le résultat est plus que concluant puisqu’elle remporte le défi libre.

Quelques temps plus tard, Marion la rejoint. Après différentes expériences commerciales et une année 2019 autour du globe, elle aspire à se lancer dans le domaine du zéro déchet… Quelle belle surprise de découvrir l’initiative dabba en cours sur Grenoble. Quelques minutes de réflexion plus tard, poussée par son intuition et l’envie de réduire les déchets plus loin que dans sa simple maison, elle rejoint l’aventure !

Pour suivre leurs aventures, rendez-vous sur www.dabba-consigne.fr

Pourquoi dabba ?

Vous avez probablement vu le film lunchbox ? dabba, c’est une référence aux dabbawallahs, ces livreurs qui apportent chaque jour les lunchboxs dans les dédales de la gigantesque ville de Bombay. C’est un système vieux de 130 ans qui paraît d’une étonnante simplicité mais sa logistique d’une très grande précision et son service basé sur la confiance en font un modèle de performance.
Pour découvrir ou redécouvrir les dabbawallahs, une petite vidéo !