Concevoir ensemble le numérique pour changer la ville

No more posts
GCL3-Pleiniere-3.jpg

26 novembre 2021 GCL38

 

Grenoble CivicLab#3 : lancement réussi !  Prochaine étape le 4 déc. !

La 3è saison de Grenoble CivicLab a démarré avec près de 150 personnes réunies pour l’occasion à la Belle Électrique !

La plongée dans les défis s’est déroulée en compagnie d’intervenants spécialistes des problématiques abordées : économie circulaire et seconde vie des objets, pratiques culturelles des jeunes, éclairage public et biodiversité…
Puis les participants ont eu à imaginer de premières pistes de réponses aux problèmes posées. En laissant s’exprimer leur imagination, citoyens, développeurs, entrepreneurs, porteurs de projets ou simples curieux ont posé des premières pierres à l’édifice des projets de cette édition…

La Turbine remercie tout particulièrement les étudiants M1 du Master design des transitions – Grenoble IAE pour leur formidable coup de main ainsi que La Belle Électrique pour son engagement dans l’événement qui ont pleinement contribué à la réussite de ce lancement.

 

34 fiches de premières idées ont été posées à l’issue de la soirée avec
des premières pistes prometteuses. En voici quelques exemples…

Total Récup : prolonger la vie des objets
– Que faire des objet en fin de vie : vers quelle structure se diriger ou comment les transformer ?
– Connecter les réserves « dormantes » de pièces détachées et composants du territoire pour faciliter leur circulation ?
– Accéder à l’historique de l’objet recyclé pour donne confiance
– …

Défi 1 jeune, 1000 possibles : accompagner les jeunes dans leur autonomisation et leur parcours de vie
– Aider à résoudre ses problèmes en proposant des check-list de solutions
– Une plateforme dédiée à l’autonomie pour partager ses expériences, valoriser ses réussites, relativiser ses échecs…
– Un Minecraft/Animal Crossing à l’échelle de la métropole pour explorer le territoire, ses institutions et le monde professionnel
– ..

Lux, led, lumen : répondre au besoin d’éclairage public au plus près des usages tout en respectant la biodiversité
– Associer les citoyens à l’implantation et au suivi de l’éclairage de son quartier
– Produire ensemble des données de terrain afin de suivre et comprendre l’impact de l’éclairage sur la biodiversité
– Adapter l’éclairage public en fonction de la météo, du passage, de la biodiversité…
-…

Côté défi libre,
– Faciliter l’organisation d’événement culturels solidaires par la mise en relation des artistes avec les organisateurs
– Faciliter la remontée des besoins ou problèmes quotidiens du territoire auprès des collectivités
– Aider les étudiants étrangers à préparer leur rentrée scolaire avant leur arrivée en France
– Informer/outiller la lutte contre les inégalités hommes / femmes en milieu professionnel

 

Prochaine étape du GCL3 : le barcamp des idées, samedi 4 déc. 10h-13h
pour un 2e temps d’idéation et pour enrichir les premières idées !

S’inscrire au barcamp du 4 décembre

La soirée en images : cliquez sur l’image :

 


MPP-Une-2-1200x559.jpg

9 novembre 2021 GCL38

Ma P’tite Poubelle, l’appli d’aide au tri sur l’agglomération grenobloise

Au départ : le besoin de renforcer l’information sur le tri dans le but de réduire les déchets

Où jeter les piles, les chaussures usées, les vêtements en bon état, les écouteurs HS ? Dans le bac vert, dans le bac gris ou dans un bac de la déchèterie la plus proche ? Pas évident de s’y retrouver !
Améliorer l’information pour améliorer la qualité du tri, c’est l’objectif de l’application Ma P’tite Poubelle qui est née lors de la première édition du Grenoble CivicLab. Anna Rebelles, designer et Édouard Monnet, intéressé par la question du tri ont profiter de la démarche pour lancer les premières pistes d’un projet de guidage du tri en direction des usagers de la métropole.

L’application recense donc l’ensemble de l’information sur les bons gestes « déchets ». La réduction des déchet s’invente autour d’un jeu basé sur le suivi de ses propres poubelles comparé aux poubelles de l’immeuble où l’on réside.

Ma P’tite Poubelle a été lauréat de la 1ere édition du CivicLab pour le défi « contribution citoyenne ».
Il a bénéficié, à la suite, d’un accompagnement par La Turbine.coop avec les développeurs du Campus Numérique in the Alps afin de présenter une première version de l’application au Smart City World Congress de Barcelone quelques mois plus tard.

Ma P’tite Poubelle n’a pas hésité à participer à la 2e édition du Grenoble CivicLab qui lui a donné l’occasion de se rapprocher du projet d’entrepreneuriat étudiant Unico, qui partage certains objectifs et fonctions de Ma Petite Poubelle. Quelques temps après, une nouvelle version de Ma P’tite Poubelle est développée professionnellement pour être expérimentée sur un quartier de Grenoble-Alpes Métropole en 2021.
.

Et aujourd’hui ?

L’application propose désormais plusieurs fonctions :

  • Trouver toutes les informations liées à un déchet,
  • Connaître la qualité de tri de ses poubelles (remontée d’informations concernant la qualité de tri de son immeuble, grâce à une remontée de données de la part des ripeurs)
  • Connaitre la quantité de déchets produites
  • Lire et recevoir des conseils liés aux déchets 

En savoir plus sur Ma Petite Poubelle disponible pour Android

Envie de tester et de rencontrer les porteurs du projet ?

Ma P’tite Poubelle sera présente lors de la soirée de lancement du Grenoble CivicLab#3
Mardi 23 novembre à 18h pour une démonstration de l’application.

S’inscrire à la soirée de lancement du 23 nov.

.

 

 

 

 

 

 

.


Dabba-blog.jpg

9 novembre 2021 GCL38

Dabba, le service de consigne de vaisselle à emporter est passé par Grenoble CivicLab…
Qu’en a-t-il retiré ?

Témoignage de Caroline Laubertie, co-fondatrice et gérante de Dabba-Consigne

 

Au départ, une envie pratique et écolo pour éviter les emballages

Dabba, vous connaissez ?  Si vous habitez dans l’agglomération grenobloise, vous avez peut-être déjà eu recours à ces boîtes en verre pour votre déjeuner à emporter à la place des emballages à usage unique ?
Emballage et suremballage font en effet partie du modèle économique de la vente à emporter mais également de son impact écologique ! C’est en commandant de bons petits plats que Caroline Laubertie en est venue à penser qu’il fallait répondre à ce besoin de vaisselle et inventer un système de consigne pratique et efficace. Laissant son job dans l’industrie, Caroline s’est lancer dans le projet dans le bassin Grenoblois.

En 2019, Dabba participait à la deuxième édition de Grenoble CivicLab et finissait même avec le prix du Défi Libre.
Retours en quelques mots sur l’intérêt de prendre part à la démarche pour une entrepreneuse en devenir.

 

Tu es arrivée dans le CivicLab#2 avec cette idée de consigne.
Qu’est-ce que la démarche t’a apporté à toi et au projet ?

« Je me suis inscrite au Civiclab alors que dabba n’était encore qu’une petite idée dans ma tête.
Le CivicLab m’a permis de pitcher mon idée en public pour la première fois et de recueillir les premiers retours sur cette idée de consigne pour la restauration à emporter. De plus, j’étais persuadée de la nécessité d’utiliser le numérique pour remettre la consigne au goût du jour mais j’avais très peu de compétences dans le domaine. Le CivicLab m’a permis de suivre tout un parcours qui m’a mise en face des bonnes questions à se poser autour de la création d’une application. »

Tu as eu la chance d’être Lauréate du CivicLab#2, qu’est ce que ça a changé ?

« Être lauréat du CivicLab m’a aidé à me faire connaître et m’a conforté sur la pertinence de la mise en place d’une consigne numérique. 2 ans après le CivicLab, nous continuons à être en contact avec la Turbine en ce qui concerne le développement de notre application mobile. »

Si tu devais résumer le CivicLab en 3 mots clés ?

« Des rencontres, des apprentissages, un écosystème engagé et solidaire. »

 

Et aujourd’hui ?

Quelques temps plus tard, Marion Scapin a rejoint l’aventure et Dabba a intégré l’incubateur social Ronalpia. Caroline et Marion ont testé le concept sur le terrain en lançant le service avec quelques restaurateurs en 2020… Aujourd’hui, l’équipe compte 8 personnes. Plus de 70 restaurateurs sont partenaires du service à Grenoble, mais aussi en Savoie et Haute-Savoie, ainsi qu’à Lyon depuis juin dernier avec le projet « La Gamelle Consignée ».
Alternant phases de test et de développement du projet, Dabba est aujourd’hui un service opérationnel pour les restaurateurs comme pour les clients.
En cette fin d’année 2021, Dabba lance son application, pour faciliter les transactions, la gestion des stocks… bref son usage au quotidien et en fera la démonstration lors de la soirée de lancement du Grenoble CivicLab#3.

Pour retrouver toutes les informations du projet et utiliser Dabba, rendez-vous sur www.dabba-consigne.fr

.

Dabba sera présent lors de la soirée de lancement du Grenoble CivicLab#3
Mardi 23 novembre à 18h pour une démonstration de son application.

S’inscrire à la soirée de lancement le 23 nov.

 

 

 

 

 

 

 

 


IMG_1135_PONG-1.png

9 novembre 2021 GCL38

Smile in the light, jeu interactif et collaboratif est passé par Grenoble CivicLab…
Qu’en a-t-il retiré ?

Témoignage de Ophélie Jaret, étudiante en design et porteuse du concept

Au départ, une envie de dispositif ludique pour susciter des interactions sociales

Que faire en attendant le tram ou le bus, le soir ou la nuit ? Comment dépasser les réticences à échanger ou à se parler entre usagers nocturnes des transports en commun alors qu’on a rien de mieux à faire ? Et bien on peut s’amuser, jouer ! C’est avec ce concept à l’état d’idée, et qui constituait son projet de fin d’étude, qu’Ophélie Jaret, étudiante en design, s’est lancée dans le CivicLab#2 en 2019. En réponse au défi « Plus belle la nuit », Ophélie a proposé un dispositif de jeu interactif installé aux arrêts de tram qui favorise les interactions sociales nocturnes en attendant le prochain tram.

Elle a rapidement rencontré d’autres participants, motivés par l’idée et prêts à apporter des compétences techniques numériques importantes pour réaliser un premier prototype. Inspiré par les jeux d’arcade (Tetris, Snake, Space invaders…), le prototype réalisé au cours du CivicLab a repris le principe d’un Pong (sorte de tennis de table) mais en grandeur nature basé sur les mouvements des personnes dans l’espace. Un dispositif de projection au sol et de captation de mouvement permet le déplacement d’une raquette virtuelle simultanément aux déplacements des joueurs de chaque coté de l’arrêt pour se renvoyer la balle. Les temps de jeu seront coordonnés aux passages réels des transports afin que la partie prenne fin à l’arrivée du tram ou du bus.


Retours en quelques mots sur l’intérêt de prendre part à la démarche Grenoble CivicLab

Qu’est‐ce que la participation à CivicLab t’a apporté ?

« À titre personnel, le CivicLab m’a fait sortir de ma zone de confort. J’étais dans une ville que je ne connaissais pas encore, pour aller rencontrer des personnes que je ne connaissais pas, pour participer pour la première fois à un concours de ce type. J’ai appris à m’affirmer en me présentant comme porteuse de projet et en proposant mon projet.
D’un point de vue professionnel (mais aussi personnel), j’ai pu rencontrer différents profils de personnes, tous bienveillants et compétents, pour échanger sur les idées que j’avais. J’ai appris à vulgariser au maximum mes propos pour une meilleure compréhension de tous. Mais aussi à avoir une bonne écoute et à savoir lâcher sur ses idées quand on est porteur de projet. »

Qu’est‐ce que le CivicLab a amené à ton projet ?

« Le CivicLab a permis au projet d’évoluer à l’état de prototype, ce qui est une énorme avancée. Passé de l’état d’idée à l’état de prototype concret permet de se projeter et donner vie au projet.
Au début des ateliers, j’ai pu présenter mes premières idées. Nous étions 6 autour de la table pour échanger autour du projet. De mon point de vue de designer, il me manquait des données techniques pour faire évoluer les idées. C’est principalement ce que le CivicLab a pu m’apporter : toutes les compétences techniques des autres participants. »

Quels sont les 3 points principaux que tu retiens du CivicLab ?

« Si je dois retenir 3 choses je dirais :
‐ La réflexion collective : aller tous dans la même direction pour faire évoluer le projet. Les points de vue et compétences de chaque participant permettent de voir les différents angles d’un projet.
‐ L’aspect humain : les rencontres, l’écoute et l’accompagnement
‐ Le challenge et l’avancé des projets : les deadlines des présentations ou ateliers qui sont assez espacés dans le temps et qui nous laisse le temps de faire les choses. »

Et aujourd’hui ?

A l’issue du Civiclab, Ophélie a poursuivi le projet. Rejointe par un associé, elle propose à présent une version « événementielle » du jeu qui s’installe à la demande dans les moments d’attente et travaille des versions à déployer dans l’espace public.

En savoir plus sur : smileinthelight.com

.

Envie de tester et d’en savoir plus

Smile in the light sera présent lors de la soirée de lancement du Grenoble CivicLab#3
Mardi 23 novembre à 18h pour une démonstration de son dispositif.

S’inscrire à la soirée de lancement


cooltogo-1200x486.png

9 novembre 2021 GCL38

Cool To Go, l’appli des lieux et activités « fraîcheur »

Au départ, une envie d’échapper aux vagues de chaleur et à la canicule estivale sur l’agglomération grenobloise

Alors que les étés en ville s’annoncent de plus en plus chauds avec notamment l’augmentation du nombre de journées consécutives au dessus de 28°C, la recherche de lieux plus frais pour un répit de quelques heures par jours devient un enjeux pour les habitants et les services sanitaires. Ainsi pouvoir identifier les lieux et les activités où se mettre au frais en solo ou en famille dans la ville et alentour au coeur de l’été devient un besoin criant !

C’est ce que propose l’application Cool to go, lauréate du défi « Frais devant » de la Ville de Grenoble lors du Grenoble CivicLab #2.
Elle permet d’identifier des lieux de fraîcheur urbains et péri-urbains, que cela soit pour sortir, se baigner, maintenir ses activités physiques, se cultiver…

Cool to Go propose une sélection selon le profil de l’utilisateur (adulte avec enfants, personnes fragiles, sportif…)
Elle permet aussi de choisir un mode de déplacement, la durée du trajet et d’afficher le parcours…

 

.

Et aujourd’hui ?

L’application est un premier prototype fonctionnel qui intègre notamment les données ouvertes d’Apidae, grâce à un accompagnement mené par la Turbine.coop avec l’école Simplon.

Elle prévoit d’autres développements tels que des conseils personnalisés pour lutter contre la canicule chez soi et des alertes adaptées aux publics précaires et fragiles en lien avec les CCAS…


En savoir plus sur
Cool to Go

Envie de tester et de rencontrer les porteurs ?

Cool to go sera présent lors de la soirée de lancement du Grenoble CivicLab#3
Mardi 23 novembre à 18h pour une démonstration de l’application.

S’inscrire à la soirée de lancement le 23 nov.


47380777652_77b7d5460f_o.png

4 octobre 2021 GCL38

Travailler ensemble à imaginer et concevoir des outils numériques qui répondent aux besoins du territoire et aux enjeux des transitions environnementales, économiques et sociales, c’est le pari du Grenoble CivicLab.

Grenoble CivicLab propose une nouvelle fois à tous (habitants de la métropole, entrepreneurs, étudiants…) de prendre part à la co-conception d’un outil ou d’une solution numérique qui réponde à un défi du territoire. Rendez-vous le 23 novembre prochain à la Belle Électrique pour embarquer dans cette 3e édition, entre retour sur les éditions passées, découverte des défis proposés, temps créatif et apéro convivial !

Au cours des deux premières éditions, près de 400 personnes ont participé avec plus d’une trentaine de projets très divers à la clé : diminuer ses déchets et mieux trier, repérer les lieux baby-friendly du territoire, rendre la nuit plus ludique et conviviale, trouver des lieux et activités « frais » en période de canicule, faciliter les sorties sportives à plusieurs, sensibiliser aux énergies renouvelables grâce à des kits pédagogiques, faire baisser sa consommation énergétique grâce au jeu… Quelles idées et projets pour cette 3e édition ?

En 2021-2022, comment ça marche le CivicLab ?

Au sein d’une équipe projet librement constituée, les participants élaborent ensemble leur solution au cours d’une démarche de conception rythmée par 10 rendez-vous pour les aider à avancer : séances incontournables de co-conception et de partage des avancées, ateliers ressources… Un accompagnement de 5 mois par l’équipe de la Turbine et l’ensemble des partenaires jusqu’à la réalisation d’un prototype numérique, qui sera déposé puis évalué par un jury !

Cette année, 4 défis seront proposés aux participants, portés par la métropole, GreenAlps, ou la fédération Léo Lagrange :

  1. Total Récup’ : comment favoriser une deuxième, troisième vie ou plus de nos objets du quotidien
  2. 1 Jeune, 1000 possibles : Comment améliorer avec le numérique la capacité d’initiative et l’apprentissage de l’autonomie des adolescents
  3. Défi Lumière, éclairage public et biodiversité : Défi précis à venir, porté par GreenAlp dans le cadre de Capitale Verte
  4. Défi libre : culture, social… une solution utile pour le territoire à un prendre part à la démarche, le temps d’une session ou d’un propose plusieurs défis pour améliorer la ville

Les prototypes lauréats bénéficieront d’un accompagnement de 6 mois par la Turbine.coop et/ou un partenaire du dispositif et de 1000€ de prix.

Comment participer ?

Tout simplement en venant le 23 novembre ! Que vous ayez ou non une idée ou un projet, vous pourrez prendre part aux échanges, rejoindre une équipe, proposer votre projet… Et si vous ne pouvez pas être là le 23 novembre, le RDV suivant (4 décembre) vous permettra de monter à bord.
Pas de sélection, pas d’engagement nécessaire à participer à l’intégralité du dispositif, le CivicLab est ouvert à tous.

Les grandes étapes :

  • Décollage le 23 novembre 2021 à la Belle Électrique
  • 8 ateliers d’outillages de novembre 2021 à mars 2022
  • 5 avril 2022 : date de dépôt des prototypes
  • Mi-avril: annonce des résultats et remise des prix

 

S’inscrire au lancement du Grenoble CivicLab#3


27.png

3 mars 2020 GCL38

Et si le tri devenait un jeu ? Le projet Dump it vise à instaurer un nouveau rapport au geste de tri, en incitant ceux qui ne trient pas encore correctement à le faire.

Le projet repose sur une poubelle connectée, dans laquelle vous pouvez jeter ou non des déchets : la poubelle refuse les déchets non recyclables !

Ce dispositif physique est couplé à un jeu de gestion de ville sur smartphone : ce que vous jetez dans la poubelle est transformé dans le jeu en « ressources », nécessaires à la construction de nouveaux bâtiments. Le jeu peut se jouer seul ou en équipe, dans quel cas il est possible d’affronter d’autres équipes sur le terrain des ressources.

Dump it est avant tout destiné aux universités et aux lycées, mais pourrait être utilisé dans d’autres contextes, dans d’autres lieux de vie en collectivité ou accueillant du public.

Imaginé et développé par Coralie, Claire, Pauline et Damien, comme un projet de fin d’étude, Dump it a pu mûrir dans le CivicLab en se nourrissant des retours des participants et animateurs. Le projet est lauréat du défi « Tri Pop », porté par la Métropole de Grenoble et Citéo.

Prochaine étape pour le projet, désormais sous un nouveau nom, EDGA : l’expérimentation au sein d’un établissement, un campus ou sur un territoire ?


28.png

25 février 2020 GCL38

«Après 2 semaines, on retient 10% de ce qu’on a lu ; on retient 90% de ce qu’on a dit et expérimenté »

C’est avec ce leitmotiv que l’équipe de Watt’SIM a pensé et fait mûrir son projet durant la seconde édition du CivicLab. L’objectif du projet ? Sensibiliser les futurs adultes au fonctionnement et à l’utilisation des ressources énergétiques renouvelables.

Comment ? Avec un jeu éducatif, Watt’SIM, qui donne la part belle à l’expérimentation. Destiné aux élèves du CM1 à la 6e, Watt’SIM propose une manière ludique de découvrir les énergies renouvelables.

Avec Watt’SIM, les élèves accompagnés par leur encadrant peuvent successivement :

  • fabriquer en groupe une ou plusieurs des maquettes d’installations EnR (photovoltaïque, éolien et hydraulique) livrées en kit, ce qui leur permet de s’approprier le moyen de production concerné

  • visualiser et comparer la production d’énergie via des LEDs sur les maquettes, et sur un site internet associé

  • rapporter la production de la maquette à celle d’une maison grandeur nature, grâce à un système d’équivalence

  • visualiser et comprendre, toujours par le biais du site associé, la production par rapport à la consommation, via des pratiques de consommation qui pourront parler aux élèves : estimation de la charge de leur console de jeu ou smartphone, etc.

Watt’SIM a remporté le prix du défi Watt d’ici du CivicLab, porté par GEG. Les maquettes ont été fabriquées en lien avec le fablab de La Casemate, et une première version du site développée par l’équipe des 3 participants qui se sont rencontrés au cours du programme !

Et après ? Pour aller un cran plus loin, le projet aura notamment besoin d’enrichir la dimension pédagogique du site : quelles sont les équivalences, les données, les informations les plus à mêmes de faire comprendre aux élèves le fonctionnement des énergies renouvelables ? Comment la dimension ludique (compétitions entre classes, etc.) pourrait-elle être poussée ?

Si les porteurs n’ont pas l’intention de continuer à développer ce projet sur le long terme, toutes les briques sont en libre accès, en open source, afin que quiconque souhaite s’en emparer, le pousser plus loin, ou s’en servir avec des élèves puisse le faire !

Watt’SIM et ses porteurs seront présents durant le festival Transfo, lors de la journée du 14 mars à la Turbine.Coop, n’hésitez pas à venir à leur rencontre et découvrir le projet !


cooltogo-1200x486.png

18 février 2020 GCL38

Alors que les étés risquent d’être de plus en plus chauds en ville, avec une augmentation du nombre de jours de canicule, un des enjeux pour les habitants sera de pouvoir identifier les lieux et activités où se mettre un peu au frais, à proximité immédiate (en parallèle d’autres mesures -aménagement, transports, etc. prises par les collectivités).

C’est ce que propose sur Grenoble l’application Cool to go, lauréate du défi « Frais devant » de la ville de Grenoble : identifier des lieux de fraîcheur urbains et péri-urbains, que cela soit des lieux où faire du sport en période de chaleur, contact de l’eau, répondant à une envie de verdure.

Mais une activité adéquate pour certains profils (jeune par exemple) ne le sera pas nécessairement pour tous (personnes âges, enfants en bas âge, publics fragiles…) : Cool to Go va au-delà d’une carte des lieux « frais », en proposant des activités adaptées à chaque profil, ainsi que les modalités d’accès selon tel ou tel moyen de locomotion (parcours, durée du trajet…).

Pour l’application Cool to Go, un des enjeux sera désormais d’élargir ses fonctionnalités en répondant à d’autres besoins, notamment en proposant des conseils et alertes santé adaptés aux publics, dont les publics précaires et fragiles.

Venez découvrir le projet et contribuer à son évolution le 14 mars à la Turbine.coop, dans le cadre du festival Transfo !


carto-baby-friendly-e1581428954664-1200x552.jpg

11 février 2020 GCL38

En réponse aux besoins des jeunes parents urbains, la Carto Baby Friendly propose d’identifier rapidement des lieux ouverts au public sur le territoire métropolitain qui disposent d’équipements pour les bébés. L’objectif est double : permettre de dépanner lorsque l’on a besoin de trouver rapidement une table à langer, un chauffe biberon, une chaise-haute… mais aussi permettre de prévoir des sorties qui pourront se faire avec un bébé qu’il s’agisse de restaurant, musée, autre lieu culturel, etc.

Ce projet porté depuis plusieurs mois par Rachel Martin, elle-même jeune maman, a connu un coup d’accélérateur à travers le CivicLab qui a permis à l’équipe du projet de se renforcer avec l’arrivée de deux personnes et à la Carto Baby Friendly de voir le jour dans une première version.

Carto baby Friendly est une application mobile – même si la carte elle-même peut être consultée depuis n’importe quel terminal qui permet autant aux utilisateurs de trouver un lieu ou un équipement que de contribuer en en ajoutant un. La base de données de l’application est essentiellement contributive (sous licence libre et ouverte, utilisant et nourrissant la base de données d’Open Street Map), elle s’enrichira donc au fur et à mesure, au fil de son utilisation !

C’est un des principaux challenges pour l’équipe du projet dans les mois à venir : alimenter cette base de données et faire grandir la communauté des premiers contributeurs, afin d’enrichir rapidement l’expérience.

Si vous souhaitez découvrir le projet, commencer à utiliser le service en renseignant des lieux ou équipements que vous pourriez connaître ou donner un coup de main à l’équipe, c’est par ici : http://cartobabyfriendly.alwaysdata.net

Vous pouvez également guetter les prochains évènements contributifs via la page facebook du projet… certains sont prévus durant le Festival Transfo… vous pourrez notamment prendre part à une carto party le 14 mars, départ prévu à la Turbine à 15h !